Alpha Blondy

Articles du Blog

Le documentaire « Alpha Blondy, un combat pour la liberté » sur France O le 11 février 2011

Le documentaire « Alpha Blondy, un combat pour la liberté », premier film consacré à la star internationale du reggae, est diffusé sur France O le 11 février 2011 à 20 h 30.

Le documentaire "Alpha Blondy, un combat pour la liberté" sur France O le 11 février 2011« Alpha Blondy, un combat pour la liberté » est le premier documentaire (90 mn) consacré à Alpha Blondy. C’est un film de Dramane Cissé et Antoinette Delafin, réalisé avec l’accord d’Alpha Blondy.

Synopsis

Les chansons d’ALPHA BLONDY ont fait le tour du monde depuis trente ans. Il a vendu plus de 20 millions d’albums, hors Afrique, distribués dans 153 pays… De Kingston à Jérusalem, son message universel porté par le reggae touche ceux qui rêvent d’un monde plus juste. Il exprime aussi les préoccupations du continent africain en pleine mutation. Chez lui, en Côte d’ivoire, ALPHA BLONDY est apparu comme la voix des sans voix jusqu’à devenir symbole d’espoir. S’il fait figure de visionnaire, il est aussi parfois le « fou du roi ». Ce premier documentaire qui lui est dédié est un film musical qui mêle éléments biographiques et considérations politique et spirituelles. Au gré de chansons qui ont marqué notre époque, le chanteur se souvient des épisodes qui ont fait de lui une star. Un mythe vivant qui appartient à l’histoire de l’Afrique contemporaine.
Un scénario musical

Qui n’a jamais vu Alpha Blondy sur scène pourra comprendre à travers ce film pourquoi le public en redemande ! A l’aube de trente années de carrière, la fougue, le talent et la générosité de cet artiste hors pair, rejaillissent à chaque prestation pour toucher en plein cœur un public fidèle et toujours renouvelé. Elevé aux sons des griots et des guitares électriques, Alpha Blondy se révèle grâce au Reggae de Bob Marley. Loin d’en être une pâle copie, il prend son micro de prophète pour parler au nom de l’Afrique. On lui connaît de nombreux tubes percutants de sincérité, une voix d’or, une musique profonde et entraînante, des appels à la prière et à la révolution pacifique.

Filmer une carrière 

Les chansons d’Alpha Blondy racontent Alpha Blondy. Ce sont aussi elles qui mènent le film. L’artiste se raconte, de ses tout débuts à sa reconnaissance publique – ses évolutions, ses réflexions, ses choix, relayés par ses tubes, ses messages, ses engagements artistiques. Interviews, archives inédites, anciennes et récentes, scènes de concerts et répétitions à travers le temps et le monde, clips et photographies appuient ce portrait d’Alpha Blondy aujourd’hui.

Premier reggae africain

Alpha Blondy n’est pas entré dans la famille reggae par hasard. Alliant spiritualité et engagement politique, le reggae relie Alpha à son destin de prêcheur mystique et politique. Il chante pour l’Afrique, comme ses cousins jamaïcains, mais ajoute à Marcus Garvey une longue liste de personnalités africaines, héros ou martyrs, incitant à une réflexion sur le continent et sa situation.

Spirituel

Alpha Blondy raconte ce que lui disait sa grand-mère sur la foi et sur la musique. Forte influence sur celui qui, au fil du temps, a approfondi et personnalisé sa spiritualité, du rastafarisme aux trois religions du Livre. Foi humaniste, trans-confessionnelle. Alpha Blondy est un mystique convaincu qui porte haut, d’Abidjan à Jérusalem, de Kingston à Paris, la parole de ceux qui ne l’ont pas.

Politique

Son premier tube international “Brigadier Sabari”, raconte le harcèlement policier. Plus tard, il chante les louanges de “Jah” Houphouët-Boigny, leader d’une Afrique indépendante. Il s’insurge contre les putschs militaires et la spoliation des peuples les plus démunis. Souvent à contre-courant, parfois incompris, ses choix, ses positions politiques sont au cœur de son combat d’artiste. Partisan de la paix, il annonce avec prémonition la situation de guerre civile et de néonationalisme en Côte d’Ivoire. Il n’a jamais quitté Abidjan au risque et péril de sa vie. Il y a d’ailleurs perdu beaucoup d’amis. Son combat est toujours vivant. Il continue à chanter à travers le monde. Au plus fort de la guerre civile ivoirienne, il a été nommé Messager pour la Paix, d’abord auprès de la Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire puis auprès de la Cédéao.

Les auteurs réalisateurs

Dramane Cissé et Antoinette Delafin réalisent avec ce road movie documentaire leur premier film.

Dramane Cissé : Né à Odienné, en Côte d’Ivoire, diplômé d’un BTS en Communication, Dramane Cissé a été disc-jockey, gérant de discothèque et producteur de spectacles en Côte d’Ivoire. Il est à ce jour Directeur d’Agence au sein d’un groupe français et gérant d’ADCP. En 2000, alors qu’Alpha Blondy fête ses vingt ans de carrière, il lance l’idée de réaliser ce film.

Antoinette Delafin-Cissé : Historienne, journaliste sur l’Afrique depuis une vingtaine d’années, Antoinette Delafin a produit l’émission “Echos d’Afrique Reportages” sur RFI, collaboré notamment au magazine Actuel et à L’Autre Afrique. Elle est actuellement journaliste à RFI. En 1995, elle couvre la Caravane de l’unité nationale d’Alpha Blondy en Côte d’Ivoire, où elle commence à élaborer ce portrait documentaire.


Partager:

Avoir votre mot à dire