Alpha Blondy

Articles du Blog

Le Centre Wallonie-Bruxelles présente la 18è Quinzaine du cinéma francophone

La 18è Quinzaine du cinéma francophone a lieu, à Paris, du 29 septembre au 10 octobre 2009. L’occasion de voir et découvrir courts métrages, documentaires et fictions en provenance des pays de l’espace francophone.

Le Centre Wallonie-Bruxelles présente  la  18è Quinzaine du cinéma francophoneInscrite dans le Festival Francophonie métissée (cette année entièrement consacré aux arts numériques), la Quinzaine du cinéma francophone présente une sélection de films en provenance des pays de l’espace francophone.

Les séances de 18 heures proposent courts métrages et documentaires, avec une forte présence d’œuvres africaines qui, du Sénégal à la République démocratique du Congo montrent à la fois une réalité sociale et historique souvent ignorée mais aussi les portraits d’artistes ou d’anonymes qui ont lutté avec ténacité et obstination, pour la dignité et la liberté.
Les réalisateurs seront présents pour débattre avec le public à l’issue des projections.

Les séances de 20h ou 20h30 sont consacrées aux avant-premières de longs métrages remarqués dans les festivals internationaux et présentés avant leur sortie nationale, en présence des cinéastes. Essentiellement des premiers longs métrages, tournés au Rwanda, au Maroc, au Luxembourg, au Burkina Faso, au Tchad, en Belgique et en France.

PROGRAMME

Mardi 29 septembre – Avant-première
20h : Le Jour où Dieu est parti en voyage de P. Van Leeuw (Rwanda, Belgique, France)

Mercredi 30 septembre
18h : Tu n’as rien vu à Kinshasa de M. Ngangura (Rép. Dém. du Congo)
20h : Un ange à la mer de F. Dumont (Belgique, Maroc)

Jeudi 1er octobre
18h : Souvenirs encombrants d’une femme de ménage de D. Kouyaté (Burkina Faso)

Vendredi 2 octobre
18h : Yandé Codou, la griotte de Senghor A. Diabang Brener (Sénégal)
20h : Munyurangabo de Lee Isaac Chung (Rwanda, USA)

Samedi 3 octobre – Nuit Blanche
18h : Ousmane Sembene / Petite Maria / Rallye d’Hélène (France, RDC)
20h : Courts métrages de Alessandro Comodin et d’Olivier Smolders (Belgique)

Lundi 5 octobre
18h : Trois courts métrages luxembourgeois
20h : Réfractaire de N. Stiel (Luxembourg, Suisse)

Mardi 6 octobre
18h : Entre la coupe et l’élection M. Phoba et G. Kabeya (RDC)

Mercredi 7 octobre
18h : Menteur de Tom Geens (Belgique)
20h : Ceux de la colline de Berni Goldblat (Burkina Faso, Suisse)

Jeudi 8 octobre
18h : Ouled Lénine de Nadia El Fani (Tunisie, France)
20h30 : Au loin des villages de O. Zuchuat (Tchad, Suisse)

Vendredi 9 octobre
18h : Mère-Bi, la mère de William Mbaye (Sénégal)
20h30 : La Domination masculine de Patric Jean (Belgique, France)

Samedi 10 octobre
18h : Hommage à Sébastien Verkindere (Belgique, Maroc)
20h : Panique au village de V. Patar & S. Aubier (Belgique, France, Luxembourg)

DETAIL DES FILMS PROJETES

•Mardi 29 septembre
à 20h, en avant-première
Le jour où Dieu est parti en voyage de Philippe Van Leeuw (en sa présence)
(Belgique, France, Rwanda – 2009 – 35mm Scope – 1h50 – VO stf.)
Rwanda, printemps 1994. La ville de Kigali est à feu et à sang. Jacqueline, une jeune Tutsi est nourrice dans une famille belge. Lorsqu’elle découvre ses enfants assassinés par les Hutus, elle s’enfuit et se cache dans la forêt. Elle y rencontre un fugitif agonisant au bord de l’eau. Ensemble, ils vont tenter de survivre avec l’angoisse d’être découverts à tout moment…
Production : Artémis Productions, Les Films du Mogho, Liaison Cinématographique, Minds Meet.
Distribution France : MK2 (sortie nationale le 28 octobre 2009). En sélection officielle aux festivals de San Sebastian et de Toronto.

• Mercredi 30 septembreà 18h
Tu n’as rien vu à Kinshasa de Mweze Dieudonné Ngangura (en sa présence)
(Belgique, République démocratique du Congo – 2009 – vidéo – 1h10)
Plus de vingt-cinq ans après « Kin-Kiesse », Mweze Ngangura revient à Kinshasa pour donner la parole à ceux qu’on appelle « les vulnérables ». Des êtres qui vivent dans des zones où le moindre embryon d’Etat a disparu. Ils constituent ainsi la 25ème commune de la ville. Ils se sont organisés en village, avec leur président et leurs conseillers politiques et sociaux.
Production : Films Sud, Sol’oeil Films.

• Mercredi 30 septembre à 20h, en avant-première
Un ange à la mer de Frédéric Dumont (en sa présence)
(Belgique, Canada, Maroc – 2009 – 35mm – 1h26)
A Sidi Ifni, petite ville du sud du Maroc, au bord de l’océan. Louis, 11 ans, vit avec ses parents et son frère aîné. C’est un enfant heureux qui aime sa famille, jouer au football et courir sur la plage. Mais sa vie change le jour où son père lui révèle un secret.
Production : Dragons films, Palomar. Grand Prix et Prix d’interprétation masculine au Festival de Karlovy Vary 2009. Distribution France : Colifilms (sortie prévue janvier 2010)

• Jeudi 1er octobreà 18h
Souvenirs encombrants d’une femme de ménage de Dani Kouyaté
(Burkina Faso, 2009, vidéo, 53 min.)
Française mais noire, libre mais descendante d’esclave, chrétienne mais marquée par une histoire de sorcellerie, voici l’héritage de Thérèse Bernis Parise, née en 1920 au Gosier en Guadeloupe. Elle découvre Paris où elle mène la vie épuisante d’une femme de ménage.
En elle, tous les sentiments se sont mêlés : la colère et la patience, la confiance et le désespoir, la rancœur et l’indulgence, la tristesse et la rage de vivre. Aujourd’hui, Parise poursuit son but : celui de faire connaître ses malheurs afin de s’en délivrer, de les exorciser.
Production : Les Productions de la Lanterne, Antilles Télévision, Cinquillo films.

• Vendredi 2 octobre à 18h
Yandé Codou, la griotte de Senghor de Angèle Diabang Brener, en sa présence
(Sénégal, 2008, vidéo, 52 min.)
La cantatrice Yandé Codou Sène est une des grandes gloires de la poésie polyphonique sérère. Ce film est un regard intime sur une diva qui a traversé l’histoire du Sénégal au côté de l’un de ses grands mythes, le président et poète Léopold Sédar Senghor. Une historie douce et amère sur la grandeur, la gloire et la fuite du temps.
Production : Karoninka, Africalia.

à 20h, en avant-première
Monyurangabo de Lee Isaac Chung
(Rwanda, USA – 2007 – 35mm – 1h37 – VO stf)
Quinze ans après le génocide, deux adolescents quittent la capitale Kigali pour un long voyage en quête de justice.
Production : Almond Tree Films.
Distribution France : Jour 2 Fête (sortie nationale le 7 octobre 2009). Sélectionné à Un certain Regard Cannes 2007.

• Samedi 3 octobre – dans le cadre de la Nuit blanche (entrée libre)
A 18h, trois courts métrages d’Afrique

Ousmane Sembène : tout à la fois de Christine Delorme, en sa présence
(France, 2008, vidéo, 38 min.)
A Libération qui lui demandait « Pourquoi filmez-vous ? », Ousmane Sembène avait répondu : « Je ne fais pas du cinéma. Je filme pour raconter des histoires de mon temps, pour mon peuple d’ombre de midi que des siècles durant ont assis sur le cul attendant l’aurore… Je ne sais pas encore pourquoi je filme, mais tout un peuple m’habite et je dois témoigner de mon temps. » Dans un entretien à Christine Delorme, il décline l’histoire de l’Afrique autour de trois périodes : l’esclavage (Ceddo), le colonialisme (Borom Sarret, Emitai, Camp de Thiaroye) et l’aide internationale (Guelwaar).

Petite Maria de Louis Vogt Voka
(République démocratique du Congo, 2008, vidéo, 13 min.)
A 15 ans, Maria se prostitue le soir et dans la journée s’occupe de sa petite sœur, Nata, 9 ans, qui vit avec elle dans les rues de Kinshasa. Maria doit faire face à la violence quotidienne.

Le Rallye d’Hélène de Chouna Mangando
(République démocratique du Congo, 2008, vidéo, 22 min.)
Hélène Lidjakala est receveuse dans le taxi-brousse de son mari. Avec humour et courage, elle a réussi à s’imposer dans un univers encore très machiste, tout en conciliant aussi ses responsabilités de mère de famille.
Réalisé dans le cadre de la résidence d’écriture Africa doc (Brazzaville, avril 2008).

• Samedi 3 octobre – dans le cadre de la Nuit blanche (entrée libre)
A 20h trois courts métrages belges, en présence des réalisateurs

Jagdfieber (La Fièvre de la chasse) de Alessandro Comodin
(Belgique, 2009, 35mm, 22 min.)
La fièvre de la chasse est un état où l’on redevient aussi animal que la bête que l’on cherche. C’est une traque, une quête au fil des saisons de la vie.
Production : INSAS. Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2009.

Voyage autour de ma chambre de Olivier Smolders
(Belgique, France – 2008 – 35mm – 26 min.)
Retiré dans sa chambre, Smolders parle des territoires et des voyages, réels ou imaginaires, qui l’ont construit. Il donne à voir, à entendre et à interpréter des images du monde.
Production : Les Films du Scarabée, Interscience films, WIP, Arte France.

Petite anatomie de l’image de Olivier Smolders
(Belgique, France – 2009 – vidéo – 24 min.)
A la fin du 18ème siècle, des artistes florentins ont reproduit dans la cire des corps mis à nu par les scalpels de la chirurgie. Dans un geste symétrique, cette Petite anatomie découpe les images elles mêmes, pratiquant des incisions, des greffes, des mises en abîme. Il s’ensuit la naissance d’un peuple d’étranges créatures.
Production : Les Films du Scarabée, Interscience films

• Lundi 5 octobre à 18h
Trois courts métrages luxembourgeois, en présence des réalisateurs

Le Gardien de nuit de Olivier Pesch
(Luxembourg, 2006, 35mm, 13 min.30, animation)
Robert est le gardien d’une station d’éclosion où il s’occupe de six oeufs dont l’un ne se développe pas normalement. Ce défaut de croissance provoque le rejet de ses congénères. Robert s’attache à lui.
Production : Samsa Film.

En compagnie de la poussière de Jacques Molitor
(Luxembourg, Belgique – 2008 – 35mm – 20 min.)
Au sortir de l’adolescence, François se suicide car Michel ne l’aime pas comme il voudrait. Devenu étudiant en médecine, l’omniprésence de la mort oblige Michel à faire face à sa culpabilité.
Production : Frakas Productions, PTD(Luxembourg). 1er film.

Elégant de Dan Wiroth
(Luxembourg, Belgique – 2005 – 35mm – 30 min. – animation)
Octave Champagne hérite un vieil appartement poussiéreux et chaotique de son oncle. Il ne se doute pas qu’il ne sera pas le seul à y habiter. Des gants animés, en effet, l’y attendent. Octave découvre vite qu’en mettant ces gants, ses mains deviennent celles d’un pianiste virtuose….
Production : Samsa Film.

• Lundi 5 octobre à 20h, en avant-première
Réfractaire de Nicolas Steil, en sa présence
(Luxembourg, Suisse – 2009 – 35mm – 1h40)
Le Grand-Duché de Luxembourg est annexé par les Nazis en 1940.
François, 21 ans, a commis un acte de désobéissance et doit quitter l’université allemande où son père, collaborateur du régime nazi, l’a obligé à s’inscrire. Soit François devient « un enrôlé de force » et part sur le front russe, soit « un réfractaire » et se terre dans une mine pendant de longs mois.
Production : Iris Productions (L), CAB Productions (CH)

• Mardi 6 octobre à 18h
Entre la coupe et l’élection de Monique Mbeka Phoba et Guy Kabeya Muya (République démocratique du Congo, Belgique, Gabon – 2008 – vidéo – 56 min.)
Au moment des élections de 2006 en RDC, deux étudiants de l’Institut National des Arts décident de faire un film sur la première équipe d’Afrique subsaharienne à avoir participé à une coupe du monde de football. C’était en 1974 avec les Léopards du Zaïre. Mais les temps de gloire sont passés même si ces souvenirs continuent de faire vibrer d’émotion des Congolais qui, à la faveur des élections, rêvent de jours meilleurs. Que sont les Léopards devenus ?
Production : Lagunimage, Kabola Films, Comocongo, RTBF, RTNC, Belgavox/Cityfilms, CENACI (Centre national du cinéma du Gabon), ICA (Institut Congolais de l’Audiovisuel), CIRTEF Cotonou, FIFA, CFI (Canal France International).
Guy Kabeya Muya, assistant de Thierry Michel sur le film « Katanga business » est menacé de mort en RDC. Pour plus d’informations et signer la pétition, cf. www.africultures.com

• Mercredi 7 octobre
à 18h, en avant-première
Menteur de Tom Geens, en sa présence
(Belgique – 2008 – vidéo numérique HD – 1h10)
Antoine, 25 ans, a quitté son emploi. Auprès de sa famille petite-bourgeoise qui le traite depuis toujours comme un idiot, il fait semblant de l’avoir encore pour éviter la honte. Il se lance dans la quête éperdue d’un emploi qui pourrait impressionner son père. Mais il valse d’un mensonge à l’autre, s’enlisant davantage dans l’angoisse et le fantasme.
Production : Cinéastes Associés, ARTE G.E.I.E. (1er film). Sélectionné au Festival de Karlovy Vary.

à 20h en avant-première
Ceux de la colline de Berni Goldblat
(Suisse, Burkina Faso, France – 2009 – vidéo – 1h12, VO stf.)
Autour d’une mine d’or improvisée sur la colline de Diosso au Burkina Faso vivent des milliers de personnes : orpailleurs, dynamiteurs, marchands, prostituées, enfants, guérisseurs, coiffeurs et marabouts composent cette ville éphémère. Ces hommes et ces femmes ont tout abandonné dans le même but : faire fortune. Malgré les dangers et les désillusions, la ruée vers l’or continue inlassablement.
Production : MirFilms, Cinédoc Films, Les Films du Djabadjah.

• Jeudi 8 octobre
à 18h
Ouled Lénine de Nadia El Fani, en sa présence
(Tunisie, 2008, vidéo, 1h21)
« J’avais dix ans et je peux dire que c’était le plus bel âge de ma vie… Dans la Tunisie indépendante de Bourguiba qui entrait pourtant déjà dans l’ère des désillusions, nous étions quelques-uns à partager le secret d’une appartenance: fils et filles de communistes… »
À 20 ans, ils luttaient pour l’Indépendance de la Tunisie et tous les espoirs étaient permis. Ont-ils trop prudemment attendu que le pays soit mûr, ou bien le temps a-t-il été trop vite pour leurs rêves? Un film qui trace un portrait particulier de militants progressistes dans la Tunisie de l’après indépendance, et qui pose la question de leur héritage…
Production : Z’Yeux Noirs Movies, Familia Productions.

à 20h30, en avant-première
Au loin des villages de Olivier Zuchuat, en sa présence
(Suisse, Tchad, France – 2008 – 35 mm – 1h17 – VO stf.)
En avril 2006, 13 000 personnes de l’ethnie Dajo se réfugient dans la plaine de Gouroukoun, à l’Est du Tchad. Tous sont des survivants de la guerre du Darfour. Ils y construisent un camp, s’y enferment et s’y inventent une survie.
L’auteur s’est enfermé à son tour dans cette prison sans mur.
Des réfugiés prennent la parole, des enfants dessinent des batailles, des fillettes fredonnent des chansons guerrières: un film de guerre, sans aucune image de guerre…
Production : Prince Film SA, Undervelier, AMIP, Les Films du Mélangeur, TSR, COOPI. Primé au FID Marseille 2008. Distribution France : Hévadis Films (sortie nationale le 11 novembre 2009)

• Vendredi 9 octobre
à 18h
Mère-Bi, la mère de Ousmane William Mbaye, en sa présence
(Sénégal, 2008, vidéo, 55 min.)
Première journaliste du Sénégal, aujourd’hui âgée de 82 saisons de pluie, Annette Mbaye d’Erneville s’est très tôt sentie concernée par le développement de son pays. Militante de la première heure pour la cause de l’émancipation des femmes, elle est à la fois une pionnière et une anticonformiste. En filmant sa mère, William Mbaye retrace aussi l’historie du Sénégal, du colonialisme à l’indépendance.
Production : Les Films Mama Yandé, Autoproduction, INA.

à 20h30 – en avant-première
La Domination masculine de Patric Jean, en sa présence
(France, Belgique – 2009 – 35mm – 1h30)
Partant d’un cas extrême où un Québécois a assassiné quatorze femmes parce qu’elles prennent la place des hommes dans la société, le narrateur part subjectivement à la recherche de ce qui, dans le monde occidental, permet, organise ou justifie l’injustice et la violence tournées contre les femmes, le patriarcat. A travers des situations drôles ou terribles, le film interroge sans tabou le monde d’ici et maintenant, pour dessiner les contours d’une domination masculine partiellement remise en question mais où l’homme a du mal à trouver sa place. L’inégalité des chances au bout d’un chromosome…
Production : Elzévir Films, Black Moon, UGC Images, RTBF, ARTE, WIP. Distribution France : UGC (sortie nationale le 25 novembre 2009)

• Samedi 10 octobre
à 18h : Hommage à Sébastien Verkindere (1976 – 2008)
En présence de sa compagne Laurence Hassel. Né en novembre 1976, il est licencié en philosophie de l’Université libre de Bruxelles en 1998. En 2002, il sort de l’INSAS avec son diplôme en réalisation. En 2004, il devient maître-assistant en Philosophie à la Haute Ecole Paul-Henri Spaak à Bruxelles. Il s’est suicidé en juillet 2008.

Casablanca ville moderne de Sébastien Verkindere
(2005 – vidéo – 55 min.)
Casablanca est une ville hybride, métisse et moderne, mais aussi inquiète, ni marocaine ni française. Elle nous renvoie aux questions fondamentales de l’urbanisme et de l’architecture au XXème siècle.
Production : Agit prod, CIVA (Centre International pour la Ville, l’Architecture et le paysage à Bruxelles), TV2M et C.C.M.

suivi de
Car tu porteras mon nom de Sébastien Verkindere
(2007 – vidéo – 36 min.)
En Belgique, 10.000 enfants sont confrontés à l’incarcération d’un parent. Ce film est un outil à destination des professionnels concernés par le vécu de ces enfants et le maintien des relations avec leur parent détenu. Tourné dans cinq prisons belges, il présente différentes actions visant à favoriser ces relations : groupes de parole avec les pères, participation de pères détenus à l’organisation de fêtes en prison, soutien des mères, visites spécifiques pour les enfants… Un regard distancié, parfois critique, est apporté par des spécialistes de l’enfance et du monde carcéral. Des ateliers de philosophie réalisés dans une école primaire ponctuent le film, interrogeant les représentations que les enfants se font de la prison, du rôle d’un père, ou de la honte qui accompagne une détention parentale.
Production : Agit Prod, Fonds Houtman.

• Samedi 10 octobre
à 20h, en avant-première
Panique au village de Stéphane Aubier et Vincent Patar, en leur présence
(Belgique, France, Luxembourg – 2009 – 35mm Scope – 1h15 – animation)
Cowboy et Indien sont des professionnels de la catastrophe. Dès qu’ils ont un projet, le chaos sort de sa boîte. Cette fois, ils veulent souhaiter un joyeux anniversaire à Cheval. Quel cadeau ? Un barbecue à faire soi-même !
Production : La Parti Production, Gébéka Films, Les Films du Grognon, Made in Productions, Melusine Productions, Beast Productions, RTBF, Wallimage.
Distribution France : Gébéka Films (sortie nationale : 28 octobre 2009). En sélection officielle hors compétition au Festival de Cannes 2009.

————————————
La 18è Quinzaine du cinéma francophone est organisée avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie, du Ministère français de la culture et de la communication, du Ministère de la Culture du Luxembourg, de Wallonie-Bruxelles International, de Swiss Films, du Festival international du film francophone de Namur et en partenariat avec Afriscope et Cinécinéma.
Elle est aussi présentée dans le cadre de la Semaine des cultures étrangères du FICEP et de la Nuit Blanche.
—————————————–
Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Directeur: Christian Bourgoignie
Responsable du cinéma : Louis Héliot

Salle de cinéma
46 rue Quincampoix – 75004 Paris
Métro : Châtelet – Les Halles ou Rambuteau
Renseignements. : 01 53 01 96 96 ou cinema@cwb.fr
Entrée à la séance : 5 €. Tardif réduit : 3 €.
Abonnement : 15 € pour tout le festival.
www.cwb.fr


Partager:

Avoir votre mot à dire